Exils

 Fabrice Murgia

Première le 24 janvier 2012 | Théâtre National Bruxelles

Entre documentaire et imaginaire, réel et virtuel, des acteurs et des marionnettes racontent le destin croisé d’un exilé débarqué à Lampedusa et celui d’une policière chargée d’expulser les nouveaux arrivants.

Pour parler de la ville, de l’Europe d’aujourd’hui, et donc du vivre ensemble, le jeune metteur en scène a choisi, avec Exils de s’attaquer à le thématique riche et protéiforme de la migration et des frontières.

«J’ai axé mes recherches sur l’espace Schengen, explique-t-il. Car la création de cet espace européen dont les frontières intérieures sont abolies, s’il permet de mieux connecter les pays européens entre eux est, à mon avis, en train de créer une forteresse, une Europe repliée sur elle-même qui devient un étouffoir.»

A Dakar où il collabore au projet de formation et professionnalisation des arts de le scène «Fotti», Fabrice a rencontré El Hadji Abdou Rahmane Ndiaye, un comédien sénégalais, dont il entrechoque le destin de migrant avec celui de trois européens étouffés par la culpabilité rampante du postcolonialisme. A en devenir, littéralement, malades. C’est en ce sens que le pluriel du titre prend toute sa consistance : dans cette Europe-forteresse, l’exil n’est pas que celui du migrant mais aussi celui des jeunes européens exilés de leur propre monde, de leur propre corps presque, dans une société qu’ils subissent. Nous y sommes : cette «impossibilité de se situer» dans sa propre société, c’est bien le coeur du travail de Fabrice Murgia.

Production : Théâtre National/Bruxelles
Co-production : Odéon-Théâtre de l’Europe/Paris, Teatro Stabile di Napoli. En collaboration avec le Teatrul National Radu Stanca/Sibiu.

L'atelier citoyen Moving cities Bruxelles a accompagné la création et sa tournée.